Jardins du Monde au Burkina Faso

 

En 2023, l’antenne du Burkina Faso a dû suspendre ses activités suite à l’insécurité inhérente dans le pays et les divers coup d’états recensés à la capitale notamment en 2022. Nous vous présentons ci-dessous les activités menées jusqu’à 2022, l’historique du projet et l’état de l’antenne actuelle et future.

L’association intervenait à Koudougou, dans la Province de Sanguié et du Boulkiemde, au centre Ouest du pays et à la capitaleà la patte d’oie à partir de juillet 2020. Elle dispose d’un jardin pédagogique situé près du centre ville de Koudougou. D’une superficie de 2 hectares, le jardin pédagogique de Kassou accueille les bureaux de l’association. Habituellement ce site accueillait des étudiants et les acteurs locaux de santé lors de formations sur l’usage des plantes médicinales et permettait l’hébergement de volontaires. Régulièrement, des élèves d’écoles voisines, des visiteurs étrangers ou locaux viennaient y découvrir les richesses de la pharmacopée traditionnelle du Burkina Faso. Ils apprennennaient ainsi à reconnaître les différentes espèces de plantes grâce aux panneaux qui indiquent leurs noms scientifiques ainsi que leurs noms locaux (mooré et lyélé). En 2024, JdM souhaite relancer les activités sur ce site.

Jardins du Monde bénéficiait également d’une vaste zone de production de plantes médicinales certifiées à Boutoko (village au sud de Koudougou), destinées ensuite à être séchées puis vendues dans les locaux de l’association, au niveau national et international. Aujourd’hui suite à la suspension de ces activités, l’ancien responsable du volet a choisi de créer son entreprise afin de poursuivre cette production.

À Mogueya, petit village au nord de Koudougou, Jardins du Monde a pu créer un jardin communautaire pour rendre disponible les plantes médicinales en tout temps, au bénéfice des populations locales. Entretenu par les groupements partenaires, Jardins du monde les a accompagné en assurant un suivi technique et un soutien financier par la construction de puits artisanaux jusqu’à 2022. Ce dernier jardin communautaire est aujourd’hui autonome.

 

 

 

 

 

En 2023, l’équipe de Jardins du Monde au Burkina Faso est composée de :

 

 Diallo Aboubacar, assistant administratif basé à Ougadougou,

 Koudougou Joseph, gardien du jardin pédagogique et bureaux de de Kassou à Koudougou,

 Marc Olivier, co-président de Jardins du Monde régulièrement en mission au Burkina Faso pour relancer les activités,

 

Monsieur Saïfoulaye Kanon, ancien responsable du volet « jardins et production » au jardin pédagogique de Kassou, comme le reste de l’équipe nous a malheureusement quitté du fait de la suspension des activités de l’antenne en 2023. Aujourd’hui il a cependant repris la production des plantes avec les communautés villageoises en créant sa propre entreprise locale. Jardins du Monde le soutien dans cette démarche.

Bilans des activités au Burkina Faso 2021 et 2022

Retrouvez le bilan des activités menées au Burkina Faso en 2021 et 2022 sur les derniers rapports d’activités ci-dessous :

Rapport d’activité 2021

Rapport d’activité 2022

 

 

 

 

Historique du projet

 

Le projet : « Valorisation de l’usage des plantes médicinales appliquées aux soins de santé primaires dans les zones rurales du Burkina Faso. Une alternative pour les populations qui n’ont pas accès à la médecine conventionnelle »

Lieu: Burkina Faso, Koudougou, Province du Sanguié et du Boulkiemdé.

L’élaboration et la promotion de la pharmacopée traditionnelle est perçue, au travers du projet de Jardins du Monde au Burkina Faso, comme une stratégie de recouvrement des savoirs et des pratiques ancestraux, en phase d’acculturation. De plus, elle donne lieu au développement d’une alternative aux soins de santé humaine et vétérinaire conventionnels, qui demeurent inaccessibles aux populations.

Lire la suite

L’objectif principal du projet est l’amélioration des soins de santé primaires et des soins vétérinaires dans la province du Sanguié et du Boulkiemdé. Cet objectif s’inscrit dans une démarche de développement durable et de conservation du patrimoine végétal, tenant compte des nécessités émanant de la situation économique, sociale et culturelle des populations. Il répond à la fois aux problèmes sanitaires liés aux pathologies les plus communes, et s’attache à résoudre ceux liés aux parasitoses majeures affligeant les zones cibles. Il s’engage à diffuser les informations résultant du travail effectué, sous forme de retour aux populations concernées.

L’intégration de l’usage des plantes médicinales dans les soins de santé primaires et les soins vétérinaires, selon les modalités du projet, engage les populations concernées dans un processus de gestion autonome et de qualité, de la situation sanitaire.

Le projet de JdM au Burkina Faso a été initié en 2003. Plusieurs associations de développement local ayant entendu parler des activités de JdM ont souhaité établir un partenariat sur la problématique de la santé communautaire. Des rencontres ont eu lieu avec ces groupements paysans et associations de femmes dans différents villages de la province du Sanguié. Nous avons ensuite signé des conventions de partenariat avec ces associations : à Reo, le Club Connaître et protéger la nature (CPN) « Les amis de la nature » et l’ Union de groupements féminins / Association Ce Dwane Nyee ; à Poun la Coopérative de production et d’écoulement des produits agricoles du département de Tenado ; à Bonyolo l’ Association DOANESSON et à Mogueya l’ Union des groupements et associations ANOUH.

La première étape de l’action de JdM a consisté à mettre en place des partenariats avec les associations et institutions locales :

– développement des relations avec les communautés cibles et les autorités locales
– identification des personnes-ressources et organisation des futurs partenaires
– planification des actions et mise en place de conventions avec les partenaires

La seconde phase : analyses et études scientifiques.

– analyse de la situation sanitaire locale
– enquêtes ethnobotaniques
– recherches bibliographiques

La troisième phase : mise en place des jardins et des formations.

– identification des sites à aménager pour les jardins médicinaux et pédagogiques
– construction de puits et aménagement des jardins
– semence de plantes médicinales et alimentaires sélectionnées

 

Partenaires sur le terrain jusqu’à 2022 :

Associations et coopératives 

  • Coopérative de production et d’écoulement des produits agricoles du département de Ténado (CPEPAT) à Poun (Sanguié)
  • Union des groupements et associations « ANOUH, à moi d’agir » de Mogueya (Sanguié)
  • Association « Wend panga » de Boutoko (Boulkiemdé)
  • Association « Songre la panga» d’Imasgho (Boulkiemdé)
  • Orphelinat « Bigabeogo» de Peyiri (Boulkiemdé)
  • Association d’Aide aux malades démunis et du sida (AAMDS) de Poa (Boulkiemdé)

Ministère et institutions

  • Institutions locales : Ministère de la santé (Direction de la promotion de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles) et structures de santé locales, Direction régionale de l’environnement
  • Réseaux africains et associations œuvrant dans la valorisation de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles : Réseau Wannpres, Réseau Moringa Burkina, FIMOB (Filière moringa du Burkina)
  • Réseau de scientifiques en Europe : faculté de pharmacie de Liège  (pharmacognosie)