Jardins du Monde au Burkina Faso

 

Bilans des activités au Burkina Faso 2017 en images

L’équipe en 2017 :

En 2017, l’équipe de JdM BF était constituée d’un responsable production et jardins, Saïfoulaye Kanon, dit Gha ; d’une responsable santé, Evelyne Kantiono ; d’un jardinier pour le jardin pédagogique de Kassou, Yabré Zongo ; d’un gardien, Gilbert Yaméogo et d’une femme de ménage, Emilienne Berewidougou, dite Mimi.

Au mois de mai 2017, Matthieu Laurentin a rejoint l’équipe en tant que volontaire de solidarité internationale pour deux ans. Il appuie l’équipe, et plus spécifiquement Gha, au niveau de la production et Jean-Pierre Nicolas pour les publications scientifiques.

En juillet 2017, nous avons embauché Mathieu Yaméogo comme aide jardinier auprès de Yabré à Kassou.

Enfin, en octobre 2017, nous avons recruté Soumaïla Yaméogo comme animateur « Théâtre » et pour fournir un appui logistique à l’équipe.

La coordination est assurée par Lénaïg Autret, en lien étroit avec le Bureau de JdM et son président Jean-Pierre Nicolas en France.

Burkina Faso : Historique du projet

Le projet : « Valorisation de l’usage des plantes médicinales appliquées aux soins de santé primaires dans les zones rurales du Burkina Faso. Une alternative pour les populations qui n’ont pas accès à la médecine conventionnelle »

Lieu: Burkina Faso, Koudougou, Province du Sanguié et du Boulkiemdé.

L’élaboration et la promotion de la pharmacopée traditionnelle est perçue, au travers du projet de Jardins du Monde au Burkina Faso, comme une stratégie de recouvrement des savoirs et des pratiques ancestraux, en phase d’acculturation. De plus, elle donne lieu au développement d’une alternative aux soins de santé humaine et vétérinaire conventionnels, qui demeurent inaccessibles aux populations.

Lire la suite

L’objectif principal du projet est l’amélioration des soins de santé primaires et des soins vétérinaires dans la province du Sanguié et du Boulkiemdé. Cet objectif s’inscrit dans une démarche de développement durable et de conservation du patrimoine végétal, tenant compte des nécessités émanant de la situation économique, sociale et culturelle des populations. Il répond à la fois aux problèmes sanitaires liés aux pathologies les plus communes, et s’attache à résoudre ceux liés aux parasitoses majeures affligeant les zones cibles. Il s’engage à diffuser les informations résultant du travail effectué, sous forme de retour aux populations concernées.

L’intégration de l’usage des plantes médicinales dans les soins de santé primaires et les soins vétérinaires, selon les modalités du projet, engage les populations concernées dans un processus de gestion autonome et de qualité, de la situation sanitaire.

Le projet de JdM au Burkina Faso a été initié en 2003. Plusieurs associations de développement local ayant entendu parler des activités de JdM ont souhaité établir un partenariat sur la problématique de la santé communautaire. Des rencontres ont eu lieu avec ces groupements paysans et associations de femmes dans différents villages de la province du Sanguié. Nous avons ensuite signé des conventions de partenariat avec ces associations : à Reo, le Club Connaître et protéger la nature (CPN) « Les amis de la nature » et l’ Union de groupements féminins / Association Ce Dwane Nyee ; à Poun la Coopérative de production et d’écoulement des produits agricoles du département de Tenado ; à Bonyolo l’ Association DOANESSON et à Mogueya l’ Union des groupements et associations ANOUH.

La première étape de l’action de JdM a consisté à mettre en place des partenariats avec les associations et institutions locales :

– développement des relations avec les communautés cibles et les autorités locales
– identification des personnes-ressources et organisation des futurs partenaires
– planification des actions et mise en place de conventions avec les partenaires

La seconde phase : analyses et études scientifiques.

– analyse de la situation sanitaire locale
– enquêtes ethnobotaniques
– recherches bibliographiques

La troisième phase : mise en place des jardins et des formations.

– identification des sites à aménager pour les jardins médicinaux et pédagogiques
– construction de puits et aménagement des jardins
– semence de plantes médicinales et alimentaires sélectionnées

Partenaires sur le terrain en 2017 :

Associations partenaires

ø Six associations locales:

  • Coopérative de production et d’écoulement des produits agricoles du département de Ténado (CPEPAT) à Poun (Sanguié)
  • Union des groupements et associations « ANOUH, à moi d’agir » de Mogueya (Sanguié)
  • Association « Wend panga » de Boutoko (Boulkiemdé)
  • Association « Songre la panga» d’Imasgho (Boulkiemdé)
  • Orphelinat « Bigabeogo» de Peyiri (Boulkiemdé)
  • Association d’Aide aux malades démunis et du sida (AAMDS) de Poa (Boulkiemdé)

Ministère et institutions

  • Institutions locales : Ministère de la santé (Direction de la promotion de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles) et structures de santé locales, Direction régionale de l’environnement
  • Réseaux africains et associations œuvrant dans la valorisation de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles : Réseau Wannpres, Réseau Moringa Burkina, FIMOB (Filière moringa du Burkina)
  • Réseau de scientifiques en Europe : faculté de pharmacie de Liège  (pharmacognosie)

Jardins du Monde Burkina Faso, en début 2018 et en chiffres, c’est :

  • 6 salariés à temps plein, 1 volontaire « ethnobotanique et production », 1 expatriée coordinatrice ;
  • 6 partenariats locaux (agriculteurs, tradipraticiens, institutions) ;
  • Nos actions s’intègrent au sein de 5 communautés villageoises de 3 000 à 10 000 habitants et à la ville de Koudougou (100 000 habitants) en lien avec le jardin pédagogique de Kassou de 1 ha ;
  • 3 partenariats institutionnels – santé, environnement, éducation.

En 2017, nous avons réalisé :

Volet santé

  • 50 « formations santé » dispensées dans trois villages partenaires bénéficiant à plus de 30 mères de familles par formation ;
  • 10 formations organisées au jardin pédagogique de Kassou avec les élèves des lycées de Koudougou et les acteurs locaux de la santé (ONG, étudiants, institutions) ;
  • 50 séances nutrition organisées dans 3 villages partenaires ;
  • 1 suivi de plus de 1 500 enfants de moins de cinq ans dans 3 villages ;
  • 2/3 de diminution des cas de malnutrition aigüe dans deux villages depuis 2015 ;
  • Plus de 800 enfants suivis lors d’un dépistage actif des cas de malnutrition chaque mois durant la période d’hivernage de juillet à octobre ;
  • 800 sachets de farines enrichies et de poudre de Moringa distribuées dans les villages ;
  • 1 sensibilisation théâtrale organisée au marché de Kassou ;
  • 17 nouvelles affiches des plantes médicinales utilisées au Burkina Faso ;
  • 1 appui logistique et dotation en matériel d’hygiène aux dispensaires de 3 villages partenaires ;
  • Suivi d’une filière de vente de farine enrichie et de poudre de moringa dans les dispensaires locaux des villages partenaires.

Volet production et commercialisation

  • Entretien et suivi de 6 jardins communautaires ;
  • 1 retenue d’eau créée dans une zone de production maraîchère ;
  • 1 radier (retenue d’eau) réalisé à Poun profitant à plus de 3 000 personnes ;
  • 1 appui pour la mise en place d’un jardin de plantes médicinales et maraîchères au sein d’un orphelinat ;
  • 1 dossier d’officialisation de 10 ha d’aires protégées déposé au niveau des Domaines ;
  • Inventaires botaniques et protections de 32 ha répartis en 4 aires protégées ;
  • 1 nouvelle aire protégée de 10 ha à Boutoko ;
  • 1 organisation d’assemblée générale avec les membres de la fédération nationale des tradipraticiens ;
  • 1 installation solaire entretenue au jardin de Kassou, antenne locale de JdM BF ;
  • Valorisation de plus de 150 espèces de plantes médicinales, dont plusieurs espèces menacées d’extinction ;
  • 1 curage d’une retenue d’eau « bouli », créée par JdM en 2014 bénéficiant à plus de 6 000 personnes ;
  • Plus de 6 000 mètres de cordons pierreux ;
  • 10 formations en pépinières, agriculture biologique, séchage et conditionnement de plantes médicinales ;
  • 800 arbres, espèces locales, plantés et entretenus ;
  • Plus de 100 sachets de plantes sèches vendus dans les locaux de JdM ;
  • Plus de 150 kg de plantes sèches vendus au niveau national et international ;
  • 2 certifications renouvelées pour la production de plantes : certifications biologique et FFL (Fair for life).